• German
  • French

Offre du mois

Interview avec le directeur de l’hôtel Franjo Roso

 

Apprenez-en davantage sur monsieur Roso, sa nouvelle fonction, sa conception d’un bon hôte et découvrez ses conseils exclusifs sur la Haute Forêt-Noire dans l’interview suivante.




  • Monsieur Roso, pouvez-vous vous présenter brièvement ?

Je suis né en 1985 en ex-Yougoslavie. L’année de mes cinq ans, nous avons déménagé en Allemagne avec mon père. J’habite maintenant à Titisee, où je suis marié. J’ai 2 fils, de 1 et 4 ans.

  • Comment en êtes-vous venu à ce travail et à l’entreprise Drubba ?

À l’origine, je souhaitais travailler dans une banque.

J’ai effectué différents jobs d’été en tant que vendeur de glaces, mousse et gardien de parking pour la société Drubba et je me suis alors intéressé au secteur du tourisme. J’ai remarqué que je me fondais dans mon rôle d’hôte et que je rencontrais de nouvelles personnes au quotidien. J’ai finalement opté pour le travail dans lequel je me sentais le mieux.

Mon histoire avec la société Drubba remonte à loin. En effet, ma famille travaille pour l’entreprise depuis trois générations déjà. Mes grands-parents mais aussi mon père, mon frère et mon épouse ont été employés par la société, et ma mère y travaille encore à l’heure actuelle.

  • Quel a été votre parcours professionnel ?

J’ai tout d’abord complété une formation d’hôtelier auprès de la société Drubba à Hofgut Sternen. J’ai ensuite travaillé pendant sept ans comme responsable de la réception à l’Alemannenhof tout en me formant en parallèle au métier de Revenue Manager.

Depuis le 1er novembre 2016, j’ai repris la direction opérationnelle de l’Alemannenhof en tant que directeur de l’hôtel.

  • Pour vous, que faut-il pour être un bon hôte ?

Être un bon hôte signifie pour moi aller personnellement à la rencontre de chaque client et savoir deviner et satisfaire ses souhaits. Tous les clients n’annoncent pas d’entrée de jeu ce dont ils ont envie.

Pour être un bon hôte, il est essentiel d’aller vers le client, de lui prêter une oreille attentive et de savoir discerner et reconnaître ses souhaits. À l’Alemannenhof, c’est ainsi que nous trouvons la recette personnelle du bien-être d’un client.

C’est toujours un plaisir de constater qu’un client se réjouit de retrouver dans sa chambre un petit coussin qu’il avait demandé lors de son premier séjour, ou de voir que l’on connaît le nom de son chien.

À la différence des chaînes d’hôtel, pour nous, chaque client est unique. Je me plonge dans mon rôle d’hôte et je suis toujours très heureux de voir que le client se sent bien ici.

  • Pour vous, quels sont les éléments importants dans le contact avec les clients ?

J’accorde une grande importance au fait de traiter les clients avec ouverture d’esprit et sincérité. Je les accueille d’égal à égal. À mon sens, cela crée une atmosphère de bien-être toute particulière et fait de l’Alemannenhof un hôtel véritablement authentique.

Selon moi, il est également essentiel d’intéresser le client sur ce qu’il trouvera ici et de lui proposer, pour une période donnée, une part de notre région. Le concept de région est pour moi intimement lié à la Forêt-Noire. J’y ai trouvé mon identité et c’est avec plaisir que je partage ce sentiment avec d’autres personnes.

  • À quoi ressemble pour vous une journée de travail typique ?

Je commence généralement ma journée avec un tour de l’hôtel et des appartements-hôtels en supervisant le travail de tous les services. Ma tâche consiste ici à veiller à ce que tout se déroule sans problème, tant du point de vue du personnel que de l’organisation. Je tiens ensuite mon rôle d’hôte, j’accueille les clients à la réception et au restaurant, je les conseille et j’établis un contact avec eux. 

  • Quelle partie de votre travail vous procure le plus de plaisir ?

La gestion du rendement est une activité que j’apprécie particulièrement. J’adore élaborer des analyses, évaluer les résultats et en tirer des conclusions. Je prends plaisir à aller vers le client, à discuter et à apprendre à connaître différentes personnes. La collaboration avec mes collègues est également pour moi un grand plaisir. En effet, nous accordons ici une grande importance à la collégialité, à l’ouverture d’esprit, au respect et à la serviabilité. L’entreprise Drubba se distingue également par sa polyvalence : j’apprécie beaucoup observer les différents secteurs d’activités où j’apprends toujours de nouvelles choses.

  • Quels sont les 3 adjectifs qui décrivent le mieux votre activité ?

1. Captivante – je découvre chaque jour de nouvelles choses.

2. Joyeuse

3. Décontractée – pour moi, être au bord du Titisee est synonyme de détente. Lorsque je réfléchis avant de prendre une décision importante, je regarde par la fenêtre, ou je vais faire une courte promenade jusqu’au lac. Mes pensées s’éclaircissent immédiatement. C’est tout simplement incomparable avec un immeuble de bureaux traditionnel. Cette différence est due à l’atmosphère qui règne ici. Le Titisee est pour moi un havre de paix.

  • Quelles activités de la Haute Forêt-Noire recommanderiez-vous tout particulièrement à vos clients ?

Je recommande généralement des activités qui m’ont laissé une impression inoubliable :

- Selon moi, les gorges de Ravenna sont des plus captivantes : effectuer une randonnée dans les gorges donne un tout autre aperçu, presque mystique, de la Forêt-Noire.

- Faire un tour de bateau est indispensable pour se détendre un maximum et bénéficier d’un autre angle de vue sur les environs. La partie arrière du lac près de l’île – que l’on voit uniquement lorsque le niveau de l’eau est bas – offre elle aussi un havre de paix tout à fait unique.

- Le Feldberg constitue bien sûr un autre temps fort, en hiver pour skier et en été pour faire de la randonnée – après quelques kilomètres, on arrive toujours dans une autre région.

- Je recommande toujours au client le Piketfelsen, qui offre le point de vue le plus magnifique sur l’ensemble de la Höllental.

- Avec la « Hochschwarzwald Card », les activités incontournables sont à mon sens la luge d’été et le Badeparadies avec ses toboggans, j’adore les activités à sensations.

  • Quelle a été jusqu’à aujourd’hui votre situation la plus « cocasse » avec un client ?

J’ai été particulièrement amusé lorsqu’un client est arrivé à l’Alemannenhof en cherchant le château de Neuschwanstein et a demandé le chemin à la réception. Il cherchait en vain le château depuis trois heures et n’était pas parvenu à mettre la main dessus.

  • Quelle est votre chambre préférée ?

Sans hésitation, la chambre numéro 22 dans le bâtiment principal. On y bénéficie de la vue la plus sublime sur le Titisee. Dans les appartements-hôtels, ce serait l’appartement 405. Je m’y sens toujours très bien.