• German
  • English
  • French

Offre du mois

Interview avec Franjo Roso

Directeur de l’Alemannenhof \ né en 1985 en ex-Yougoslavie \ arrivé à l’âge de 5 ans en Haute Forêt-Noire \ marié \ 2 fils âgés de 4 et 1 an(s)


Sa carrière dans le tourisme commence par une formation en hôtellerie à l’Hôtel Hofgut Sternen (établissement du groupe Drubba). Il occupe ensuite le poste de responsable réception à l’Alemannenhof tout en poursuivant une formation complémentaire de revenue manager. Depuis le 1er novembre 2016, il est le directeur de l’Alemannenhof.


Monsieur Rosso, avez-vous toujours souhaité devenir directeur d’hôtel ?

À l’origine, je voulais devenir banquier. Grâce à plusieurs jobs d’été réalisés dans l’entreprise Drubba, j’ai découvert le monde du tourisme. J’ai remarqué que j’étais passionné par mon travail d’hôte, qui me permettait de rencontrer chaque jour de nouvelles personnes. Mes liens avec l’entreprise Drubba sont profonds, car ma famille y travaille depuis trois générations. Mes grands-parents, mon père, mon frère et mon épouse y ont travaillé, ma mère y est encore.


En tant que professionnel, à quoi faites-vous attention lorsque vous séjournez dans un hôtel ?

J’aime fréquenter les hôtels originaux. Un hôtel dans un lieu insolite, avec une architecture originale ou bien un concept nouveau ou différent ; des lieux qui m’intriguent et me donnent des idées pour notre établissement. Pour moi, le séjour à l’hôtel parfait, c’est quand je peux trouver ce qui m’intéresse sans effort.


Pour vous, qu’est-ce qu’un bon hôte ?

Pour moi, un bon hôte doit aller vers le client et l’écouter attentivement. Si un client avait demandé un petit coussin lors de son premier séjour, il appréciera d’en trouver un à disposition lors de son deuxième séjour, ou que l'on se souvienne du nom de son chien.

J’estime aussi très important d’émerveiller les clients avec les offres de l’Alemannenhof, ainsi que de leur donner, le temps d'un séjour, un sentiment d’appartenance à la région. Pour moi, cette appartenance est profondément enracinée dans la Haute Forêt-Noire. J'y ai moi aussi trouvé mon pays, et je souhaite vivement partager ce sentiment.


Qu’est-ce qui fait le charme de l’Alemannenhof ?

Assurément, son emplacement au bord du lac Titisee, le calme du lieu et son architecture traditionnelle empreinte de modernité.


Pouvez-vous nous conseiller votre chambre préférée ?

Sans hésitation, la chambre 322, qui offre la plus belle vue sur le Titisee. Parmi les appartements, ce serait la chambre 405.


Racontez-nous un beau souvenir.

Il y a quelques années, j’ai rencontré une de mes cousines que je n'avais encore jamais vue. Je suis originaire de Croatie. Un soir, j’ai discuté avec des clients qui parlaient croate. Nous avons rapidement découvert que nous venions du même village et que nous étions non seulement voisins, mais aussi parents ! C’est quelque chose de merveilleux, dans les hôtels : on rencontre des gens du monde entier, et quand on s’y sent bien, on crée des liens.


Quelle activité proposée en Haute Forêt-Noire recommandez-vous à vos clients ?

Une balade en bateau sur le lac Titisee, c’est un incontournable. Même la partie arrière du lac, sur les îles, visibles uniquement lorsque le niveau de l’eau est bas, offre un calme unique. Les Gorges de Ravenna sont particulièrement impressionnantes. Quand on se promène au fond des gorges, on découvre une perspective mystique sur la Forêt-Noire. Bien sûr, le Feldberg est un lieu important, pour le ski en hiver et la randonnée en été. Au bout de quelques kilomètres à peine, on entre dans un paysage tout à fait différent.


Lorsque vous avez du temps libre, quel est votre endroit préféré dans la région ?

J’en ai plusieurs, mais quand je cherche un lieu particulier, je vais au rocher du Piketfelsen, qui offre une vue imprenable sur toute la vallée de Höllental.